Featured post

Gender in the Merovingian World

Tuesday, 15 September 2015

Est-ce qu'une "mutation de l'an 600" a eu lieu en Austrasie ?


[Here is the paper that I presented on Saturday to the conference on 'L'Austrasie: Pouvoirs, espaces et identitésà la charnière de l’antiquité tardive et du moyen-âge' held in St-Dizier and Reims.  It was a very good conference and my congratulations go to the organisers, Bruno Dumézil, Sylvie Joye and Adrien Bayard.  It was great to catch up with my French friends and colleagues and make new contacts. 

It was, as it always is to me, a little vexing to see archaeological papers, including ones on Metz and its region, making no reference to Settlement and Social Organisation, which seems to be much better known among French historians than archaeologists, and thus restating things that I have been saying for 20 years, or posing questions to which I have already suggested answers, but there you go...  Enough of my 'amour propre'.

As a result of a whole series of mishaps - well, not so much mishaps as of me forgetting stuff (notes, drafts, adapters...) I ended up (re-)writing this during the conference.  As a result I make absolutely no claims to the accuracy or idiomatic quality of the French!

For non-francophones, the argument essentially goes like this (not much of it will be very surprising for followers of my work or this blog):

Introduction:
Paragraph 1: We might be able to answer, guardedly, 'yes' to the question 'was there a transformation of the year 600 in Austrasia?'
2: Some personal historiography tracing my interest in the subject back to Settlement and Social Organization.
3-6: Four preliminary remarks: This isn't a singular point of revolution cutting one long, static period off from another; the different thematic areas under review moved at different speeds on their own trajectories; the periods on either side of the proposed transformation weren't static; there were 6th-century precursors and 7th-century continuations.
A: The Transformation
A: Cemeteries and Grave-Goods
7: We've known there was an important shift in material culture c.600 since the C19th, but this came with other developments in burial ritual.  6th-century grave-goods were deposited according to various general norms.  These broke down in the C7th.
8: There was a major reduction in gender-related objects, especially feminine
9: Above-Ground Monuments became more frequent
10: There was a change in the organisation of cemeteries, with rows on tombs less prominent.  There were more, and smaller, cemeteries in the C7th than the C6th.  This probably represents the fragmentation of earlier, large communal cemeteries into more local ones.
B: 'Élite' graves
11: The 'aristocratic emulation model', which sees aristocrats being buried in churches after c.525 probably underestimates the unusual nature of early founders' graves.  There are clearly prestigious burials in the period 525-75 but they are often more subtly marked out.
12: Around 600, the means of demonstrating prestige in burial changed.  Various strategies involve 'separation' from the community, the breaking of norms, etc.  There were probably more burials in churches albeit at this date mainly in the urban centres and secondary agglomerations (vici, castra).
C: Implications
13: What were the implications of all this?  In the 6th century, burial reveals competition for social status.  This does not mean that, for example, the 'chieftains' of St-Dizier weren't from a powerful family: just that that power was transmitted with difficulty.  This situation made the early Merovingian state powerful
14: Around 600, the visible changes suggest a greater security of power and an ability to project status into the future.
15: This can be linked to a whole bunch of other transformations that suggest a more powerful aristocracy, at this time: legal changes, foundation of monasteries, increases in documents, etc etc.
16: There was a long list of other socio-economic changes at this time, many of which can be linked to a change in aristocratic power, in one way or another.
17: These changes altered the relations of power between king and aristocracy and gave Merovingian politics of the 7th century a different flavour from those of the 6th century.
Explanations
18-19: The explanation I put forward in 1995, linking these changes to the political crises brought about by royal minorities, especially in Austrasia, between 575 and 613.
20: That's still valuable but it needs to be broadened and deepened. First: there was a range of transformations across Western Europe at this time - some very similar to those in Austrasia, some not.  Austrasian politics can't explain all these.
21: I had too readily assumed that the political crisis in Austrasia would automatically lead to the aristocracy appropriating power to themselves and away from the kings and that that would naturally lead to a weakening of state power.  This may have been the result but it didn't have to be that way.
22: For a decline in consensus there must have been important changes.  These took place in the mid-C6th, with the plague, perhaps natural catastrophes, and Justinian's wars.  I will concentrate on the latter.
23: Between 476 and the 2nd quarter of the C6th, the West continued in a sort of political twilight zone.  Roman claims to power continued.
23: Justinian's ideology of reconquest undermined all these claims to power.
24: That required ideological response by the kings, who responded with imagination, above all using the Old Testament.
25: The aristocracy also required new bases of power, and chose ones which did not refer to old pre-Justinianic Roman ideas - like monasteries etc.
26: They were reinforced by other changes in ideas about time and history.
27: To conclude, a wave of changes swept across western Europe c.600.  These created a context in which the political crises in Austrasia c.600 had even more important results.  The Transformation of the Year 600 was not the only important phase of change in early medieval Europe but was very important because it marked the end of the Roman world.

The questions were very useful and focused on the linkage between Justinian and a crisis of consent.]


***


On a souvent dit qu'une communication qui pose une question dans son titre - comme les questions posées dans les manchettes du journal anglais 'The Daily Mail' - attend toujours la réponse 'non'. Je voudrais cependant suggérer qu'on aurait le droit de répondre à la question dans mon titre - est-ce qu'une mutation de l'an six cent a eu lieu en Austrasie? - d’une façon plus affirmatif, pourvu qu'on comprenne bien ce qu'on voudrait dire par le mot 'mutation'. 

J'ai publié, il y a vingt ans presque exactement - le livre est paru en Septembre 1995 - une étude de la région de Metz, fondé sur ma thèse de doctorat sur le même sujet. Dans ce livre j'ai proposé une phase de changements importants dans cette période comprenant le dernier quart du sixième siècle et le premier quart du septième.  Je travails maintenant sur une étude de l’Europe de l’ouest dans la période après les guerres de Justinien et avant le milieu du septième siècle. Les « mutations de l'an 600 » (entre guillemets) sont visibles dans la plupart des domaines de la société et la culture mérovingiennes et à travers beaucoup de l'Europe occidental.  Évidemment, je ne peux pas discuter cette longue liste de transformations.  J’ai choisi donc de concentrer sur quelques éléments qui concernent l’histoire socio-politique de l’Austrasie et qui peuvent contribuer à notre compréhension des tombes de St-Dizier.

Je voudrais faire quatre remarques préalables. 
1 : En premier, je souligne que je ne propose pas une vraie révolution dramatique qui bouleverse un monde antique assez statique ou, pour utiliser les termes plus Marxistes, un mode de production esclavagiste, pour le remplacer par un monde médiéval, ou un mode de production féodal, également peu changeant. Pour l'exprimer autrement, je n'envisage pas le choix devant nous comme le choix entre les positions extrêmes tenues parfois dans le débat sur la prétendue mutation de l'an mille, c'est à dire entre une révolution radicale, d'assez courte durée, renversant tout un système socio-économique, ou, par contre, un lent développement - ou même la continuité - qui se prolongeait pendant des siècles. J'envisage plutôt un moyen âge, un haut moyen âge même, dynamique, ponctué par des périodes de changement significatives assez fréquentes, dont la « mutation de l'an 600 » en était une.  Cela dit, je voudrais aussi suggérer que les changements qui ont eu lieu pendant les décennies autour de l'an 600 avaient une signification particulière.

2 : Deuxième remarque préalable: je ne vais pas suggérer que tous les changements ou transformations ont eu lieu à exactement la même date ou avec la même rapidité.  Évidemment, personne n'a sonné une cloche, le 31 Décembre 599 pour que tout-le-monde se change immédiatement.  Les sphères diverses ont eu chacune son propre rythme et son propre trajet.  Mais je voudrais proposer qu'elles se soient tous reliées et qu'en Austrasie un Schwerpunktse trouvait dans les décennies juste avant et juste après l'an 600.

3 : En troisième: je ne voudrais pas suggérer que les périodes avant ou après  la mutation proposée ont été des périodes stables.  La période entre la déposition de l'empereur Romulus en 476 et les guerres de Justinien était une époque très particulière et très important qui mérite plus d'attention du part des historiens et des archéologues.  Je reviendrais à ce point.  Et le milieu du septième siècle a vu d’autres changements, surtout dans l’histoire des habitats. 

4 : Enfin, quatrièmement, il n’y avait pas une différence binaire « manichéenne » entre le sixième siècle et le septième.  Il y avait des précurseurs au sixième et de prolongements au septième, mais, vu les limitations de temps, il me faut décrire cette différence d’une façon peut-être un peu simplifiée.

2. La « mutation »

A. Cimetières et mobilier funéraire
Les archéologues du dix-neuvième siècle tardif ont reconnu l'importance des décennies autour de 600 en marquant une charnière entre deux phases de l'archéologie mérovingienne.  Cette phase – entre älter Merowingerzeit et jünger Merowingerzeit - reste confirmée par les études chronologiques, même si nous préférons aujourd'hui penser d'une période plus large, entre 575 et 625, plutôt qu'une simple rupture vers 600.  Ces changements étaient accompagnés des autres transformations dans les pratiques funéraires.  L'analyse des cimetières montre des transformations en la distribution de mobilier funéraire.  Aux sixième siècle mes analyses ont montré qu’il existait des règles ou des normes qui gouvernaient, d’une certaine manière, la distribution de mobilier dans les tombes.  Ces résultats ont été confirmés par d’autres analyses de cimetières dans d’autres parties du monde mérovingien.  Je pense en particulier aux analyses des cimetières de l’Allemagne du sud menés par Sebastien Brather.  Ces règles concernaient surtout l’âge et le sexe, et les trois tombes de chef de St-Dizier conforment exactement au schéma que j’ai proposé en 1995.  Ces règles sont beaucoup moins visibles au septième siècle. 

L’un des raisons pour ce fait est le nombre et la variété réduite des objets enterrés avec les morts.  Surtout les objets qui marquaient le sexe du défunt se réduisaient.  Les objets féminins sont beaucoup moins nombreux au septième siècle qu’au sixième.  Pendant que, parmi les tombes pourvues d'un mobilier, les armes sont plus répandues dans les tombes masculines du septième siècle, elles sont beaucoup moins nombreuses et moins variées ; souvent il n’y a qu’un seul scramasaxe ou une lance.  Dans les cimetières fondés au septième siècle, le dépôt de la céramique dans les tombes devient peu fréquent. 

Les monuments au-dessus de la tombe deviennent plus fréquents.  Ces monuments comprennent, par exemple, des stèles, des sarcophages avec couvercles visible en surface, des monuments faits d’anciennes pierres romaines, les petits murs autour de tombes ou groupes de tombes. 

L'organisation des nécropoles s’est changée.  Les célèbres rangées de tombes me semblent beaucoup moins rigides au septième siècle et les petits groupes de tombes, d'apparence familiale, deviennent plus fréquente.  La carte de distribution des nécropoles, y comprenant tous les sites possibles, montre beaucoup plus de cimetières du septième siècle que nécropoles du sixième.  Puisqu'il y a plus d'objets qui peuvent marquer l'existence d'un site du sixième siècle même dans un récit bref d'un découvert par hasard dans les revues du dix-neuvième siècle par exemple, cette différence doit être réel.  J'ai l'impression que les sites du sixième siècle sont plus grands, comprenant parfois des centaines de tombes.  Les nécropoles du septième siècle me paraissent plus petites, mais beaucoup plus nombreuses.  Sur la base de ces différences j'ai proposé l'existence de grandes nécropoles au sixième qui servaient de point focalisé d'une grande communauté y comprenant peut-être plusieurs habitats.  Ces cimetières fragmentaient au septième siècle et le ratio entre habitats et nécropoles devenait plus proche a un pour un. Ce n'est pas, sans doute, la seule explication possible mais il me semble raisonnable.

B. Tombes privilégiées

Avec ces mutations dans les rites funéraires on attendrait avec raison une transformation dans les manifestations de haut statut social dans les cimetières.  On a souvent proposé que les familles élites aient enterré leurs morts dans les églises après le premier quart du sixième siècle.  Cette hypothèse est sans doute valable pour une partie de l'aristocratie franque mais c'est fondé peut-être sur une sous-estimation de l'importance du contexte funéraire dans lequel ont été établis les grands cimetières du sixième siècle.  L'acte de fondation a exigé une grande manifestation du statut du fondateur et du statut social de sa famille.  Ce fait rend hasardeuse la comparaison entre les tombes privilégiés du cinquième siècle tardif ou du sixième siècle précoce et celles des phases suivantes.  L'analyse soigneuse des tombes de la période entre 525 et 575 - c'est à dire le zénith du rite d'inhumation avec mobilier - révèle des tombes bien différenciées de leurs contemporains.  Mais cette différentiation pouvait être assez subtile.  Nous avons vu des exemples hier et j’étais heureux de voir confirmés, avec des données plus scientifiques, des hypothèses qui je proposais depuis vingt ans. On exagérait les normes, comme à St-Dizier; l'emplacement de la tombe dans la nécropole pouvait importer, ou, également, la disposition du corps dans la tombe.

Autour de l'an 600, les tombes privilégiées était marquées par d'autres stratégies assez bien connues, surtout par le mot allemand Separierung.  Le plan du cimetière à Hayange en Moselle, par exemple, montre une petite zone funéraire avec quelques tombes, séparée du reste de la nécropole.  En plus, ces tombes sont orientées différemment aux autres. Autres tombes dans la région montrent la différence entre la famille du défunt et le reste de la communauté en transgressant des normes.  Donc, par exemple, des sujets âgés ou des enfants, ou membres d’autres groupes avec lesquels ce n’était pas la règle d’enterrer beaucoup d’objets, reçoivent des inhumations assez bien fournies de mobilier.  C’est probable que le nombre des membres des familles élites enterrés dans les églises croît à cette époque.  Il y a beaucoup plus d’églises connues dans la ville de Metz et dans les castella(à Tarquimpol par exemple) et vici de la région.  Il ne me semble pas, pourtant, que beaucoup d’églises ont été établies dans les communautés rurales de cette région avant le milieu du septième siècle. 

C : Implications

Quelles sont les implications de ces changements ?  L’analyse des cimetières par rangées classiques du sixième siècle montre que la hiérarchie sociale dans l’Austrasie était à cette date assez floue.  On ne peut appeler les tombes comme celles de St-Dizier « tombes de chefs » que si on accepte que le titre de « chef » ne décrive une position fixe, de statut formel.  Sans doute les gens comme ceux de St-Dizier étaient d’une famille puissante dans la communauté, mais leur autorité n’était pas établie.  Il a constamment dû être réaffirmé par des rites, des échanges, des manifestations publiques et les stratégies de mariage.  Les funérailles en étaient l’une des plus importants de telles occasions rituelles de la réaffirmation de liens sociaux, notamment à cause de la crise dans les relations de pouvoir locales que la mort a provoquée.  Le statut social dans les communautés rurales de l’Austrasie au sixième siècle n’a pas pu être facilement transmis d’une génération à la suivante.  La stratégie la plus effective pour établir une puissance locale était de chercher le patronat du roi merovingien ou de ces aristocrates palatins.  Cette situation a donné beaucoup d’avantages aux rois Mérovingiens du sixième siècle, en particulier dans leurs relations avec l’aristocratie, d’où venait la puissance de l’état Mérovingien précoce.

Par contre, les cimetières du septième siècle montrent une concurrence beaucoup réduit pour le pouvoir local.  La déposition des objets devient moins importante pour la manifestation ou la confirmation du statut.  Inversement, l’importance des monuments visible montre la capacité de projeter le statut ou le place d’une famille dans la société locale à l’avenir.  La séparation graduelle, dans la mort, des familles puissantes du reste de la communauté marque aussi cette augmentation de confiance et de pouvoir du part des familles aristocratiques locales.

Ces transformations, bien visibles dans les cimetières Austrasiens, conforment bien avec toute une série d’autres développements que l’on peut voir dans d’autres sources archéologiques ou écrites.  Je peux citer : l’apparition dans les sources des familles ou même les dynasties aristocratiques que l’on peut suivre à travers les documents et qui semblent avoir une contrôle plus assurée des titres comme comes ou dux; des transformations dans l’organisation fiscale et l’organisation militaire qui ont donné plus de pouvoir aux aristocrates ; lié à ça, les immunités paraissent; les signes plus nombreuses dans les lois d’une aristocratie indépendante; une augmentation fort évident dans l’importance et donc la survivance des documents, qui montrent une renforcement du pouvoir aristocratique ; les monastères célèbres fondés par les aristocrates. Etc.

Hors de ce thème strictement aristocratique, il y avait beaucoup d’autres mutations.  Il suffira peut-être de mentionner les transformations dans l’économie, dans les villes, dans la monnaie ; des transformations d’identités comme le gender et l’ethnicité (que j’ai discuté ailleurs) ; des transformations possibles dans la pratique de la guerre ; les développements dans les idées, et ce que Robert Markus a appelé « l’invasion ascétique ».

Les éléments que je viens de discuter soulignent le rôle central joué, en Austrasie, par les transformations dans le pouvoir local de l’aristocratie.  Celle-ci est devenue beaucoup plus puissante au niveau local.  Le pouvoir plus établi de ces aristocrates explique beaucoup des autres développements que je viens de lister – la croissance économique, les transformations dans les villes, la fondation des monastères ruraux – parfois parce qu’il les a pu soutenir et parfois parce qu’ils étaient eux-mêmes des stratégies pour solidifier ce pouvoir local ou régional.  Enfin, la domination des familles aristocrates était plus enracinée, et cela a changé les relations entre le pouvoir central et les puissants des localités.  Cela donne l’histoire politique du septième siècle des caractéristiques sensiblement différentes de celle du sixième.

3. Explication
Comment l’expliquer?  En 1995 j’ai proposé lier ces changements avec l’histoire politique des royaumes mérovingiens après l’assassinat de Sigebert I en 575.  Un des plus grands succès de Clovis et ses fils était d’établir le monopole de la légitimité royale de la dynastie mérovingienne par des stratégies bien connues.  C’est ça qui explique comment ont pu survivre des petits enfants, comme Childebert II, qui a succédé son père à l’âge de cinq ans, ou Clotaire II, qui n’avait que 4 mois quand il est devenu roi.  Cela ne serait pas possible dans aucun autre royaume de l’occident haut-médiévale à cette date, et c’est une signe remarquable du succès des premiers rois mérovingiens.  Mais cela a apporté également des problèmes quand il n’y avait pas un roi adulte parce qu’aucune faction aristocratique qui pouvait contrôler le palais pendant la minorité d’un roi n’avait le seule titre, ou le seul droit au pouvoir légitime accepté, sauf ce qu’elle pouvait établir par les opérations de la politique ou de force.  Ce manque de légitimité rend la politique, surtout en Austrasie, très incertaine, très hasardeuse et très floue, comme le sait tout-le-monde qui a jamais lu les histoires de Grégoire de Tours et de Frédégaire.  Les fameux aristocrates du récit de Grégoire – Loup, Gontran Boso, Rauching, Urso et Bethefried, la reine Brunehaut, et bien sûr l’évêque Égide de Reims – se sont concourus pour le contrôle du palais Austrasien et de la personne du jeune roi. 

Dans ce contexte, ce n’est pas difficile de voir pourquoi les factions aristocrates palatines ont dû, pour parler ainsi, acheter le soutien des hommes de pouvoir local avec des dons de droits plus permanents qu’auparavant.  C’est ça qui a commencé la transformation de l’aristocratie franque d’une aristocratie de service, et de gens de domination locale incertaine, en familles, même parfois en dynasties, de pouvoir établi qui on a pu commencer d’appeler – à la différence du sixième siècle – nobles - nobiles.  Évidemment c’était un long processus mais les événements des décennies autour de l’an 600 ont joué un rôle déterminant. 

Cette explication est peut-être valable pour l’Austrasie, et je ne voudrais pas la renoncer.  Cependant, il y a deux raisons pour vouloir une explication un peu plus large et peut-être plus profonde.  Premièrement, des transformations ont eu lieu à travers de l’Europe occidental à cette époque.  Elles ont pris de formes assez semblables dans quelques régions – l’Angleterre du sud et de l’est par exemple – mais elles ont eu d’autres formes dans d’autres régions, comme le nord de la Grande Bretagne et, peut-être, l’Espagne.  Bien qu’il y ait quelques raisons de lier les changements en Gaule aux mutations en Angleterre du sud, les événements de l’histoire politique Austrasienne ne suffisent pas pour expliquer un grand courant de change qui, entre la deuxième moitié du sixième siècle et le premier quart du septième enveloppait l’Europe de l’ouest de la Scandinavie jusqu’à l’Italie et l’Espagne.

Deuxièmement, j’acceptais auparavant avec peut-être trop d’alacrité l’existence d’un conflit d’intérêt presque naturel entre les puissants locaux ou régionaux et le pouvoir central du royaume.  J’ai présumé trop rapidement qu’une croissance de pouvoir aristocratique au plan local menait naturellement à un affaiblissement de l’autorité royale – c’est á dire ce qu’on appelle en anglais « a zero-sum game ».  Je pense que tout ça a bien été le résultat des changements mais ça n’a pas forcément dû être le cas.  Ce résultat n’arriverait pas automatiquement.  La noblesse romaine a évidemment été beaucoup plus puissante que la mérovingienne tardive aux plans local, régional et même suprarégional mais cela ne l’a pas empêché de participer dans les structures étatiques de l’Empire Romain; bien au contraire.

Pour que l’état franc perde le consentement de son aristocratie, il a dû arriver des changements très importants de mentalité entre le sixième siècle précoce et le septième siècle précoce.  De telles transformations ont été produites par les événements dramatiques du milieu du sixième siècle : la peste « jaune », peut-être des catastrophes naturelles et les guerres terribles de Justinien I.  Je voudrais seulement discuter ces dernières : les guerres.  Après la chute de l’empereur Romulus et l’assassinat de Julius Nepos, l’Europe de l’ouest est vécu dans une sorte de « twilight zone » politique : elle faisait partie de l’Empire Romain mais elle manque effectivement un empereur.  Les gens connaissaient que l’empire occidentale ne fonctionnait pas mais ils ne connaissaient pas que cette situation était définitive.  Les royaumes continuaient être organisées de façon romaine; l’administration romaine restait en place ; les titres officiels civils et militaires continuaient être valables.  C’est un mythe légiste que les rois barbares ne pouvaient devenir empereur, et c’est probable que quelques-uns abritaient des ambitions impériales.  S’ils n’ont jamais adopté le titre, c’est pourtant vrai que Clovis et Théodoric ont permis les gens de leur saluer comme augustus.  Si les Mérovingien, les Amal, les Balte ou les Gibichung ont pu battre leurs rivaux pendant cette période, il me semble très probable qu’ils prendraient le titre impérial.  Les prétentions célèbres de Théodebert I vers 540 (y compris ses efforts d’établir son capitale à Trèves) me semblent marquer les dernières ambitions de cette sorte.

L’idéologie et surtout les guerres lancées contre l’Ouest par Justinien ont terminé cette situation.  Justinien a annoncé la fin de l’Empire Romain de l’Ouest ; il l’a proclamé conquis par des barbares ; il a déclaré la nécessité de la reconquérir de ses rois sauvages.  Quand Justinien a cédé la Provence à Théodebert I, il est devenu le premier empereur de céder volontairement un territoire impérial.  Grâce à son idéologie il a bien pu le faire, sans aucun coût politique.   Mais les énoncés idéologiques de Justinien ont détruit tous les fondations de pouvoir légitime dans l’Ouest qui remontait ultimement à l’empereur et ses offices, ses titres, etc.  Quand les campagnes des armées est-romaines finissaient sans conquérir tout l’Ouest, une nouvelle frontière, des nouvelles limites, formelles même si assez peu définies, ont été établies.  Une nouvelle ligne de démarcation a été créée entre les zones qui étaient dans l’Empire Romain et celles qui n’étaient pas.  Et les rois de l’Ouest se retrouvaient en dehors, effectivement dans un nouveau barbaricum.

Cela a manifestement provoqué une grande crise dans la politique des royaumes occidentaux.  Il a fallu trouver d’autres moyens ou idiomes pour exprimer la légitimité du pouvoir, et d’autres fondations de l’autorité et les rois ont répondu avec beaucoup d’imagination.  Les rois francs de l’ère de Grégoire de Tours en fournissent de bons exemples, comme le fait aussi les rois Visigots de la même époque.  Comme Yitzhak Hen a montré dans un bel article, il y a longtemps, l’Ancien Testament du Bible a fourni une riche source des idées qui ont permis les rois de garder les mêmes idéals qu’auparavant – la justice, la piété, la générosité, la force dans la guerre – mais avec des nouvelles modèles bibliques.  Ce n’est pas par hasard que Chilpéric a nommé l’un de ses fils Samson.  Aussi anciens que soient les cheveux longs des rois francs, Chilpéric a considéré nécessaire une nouvelle association pour ce trait royal.  William Daly a montré les différences entre le Clovis de Grégoire de Tours et le Clovis des documents du temps du roi lui-même.  Ce n’est pas par hasard que le Clovis de Grégoire est bien moins romain, pas plus païen comme a pensé Daly, mais plutôt un vrai roi terrible de l’Ancien Testament.  Le transfert de la capitale de l’Austrasie à Metz doit être vu dans ce context.

La nouvelle aristocratie que j’ai discutée plus haut a aussi dû trouver de nouvelles bases de pouvoir, de nouvelles façons d’exprimer l’autorité légitime.  Les nouveaux monastères ruraux ne sont pas seulement les signes d’une nouvelle richesse et pouvoir aristocratiques et de ressources foncières plus stables, mais le choix particulier d’exprimer cette autorité dans une façon nouvelle, sans rapport au monde romain traditionnel pré-Justinianique. 

Tous ces changements ont été renforcés par d’autres idées concernant le temps et l’histoire, que je ne peux pas discuter aujourd’hui.  Pour l’instant, pourtant, il faut souligner que les guerres de Justinien et leurs effets sur l’idéologie et le pouvoir ont en grande partie dissous les liens traditionnels entre roi et aristocrate.  L’autorité a fallu être réimaginée et les relations de pouvoir aussi.  Je voudrais suggérer que c’était ça qui a donné le royaume mérovingien et l’histoire politique mérovingienne du septième et, peut-être, du huitième siècle leurs caractères distinctives.

Pour conclure, une vague de changements a parcouru l’Europe de l’ouest après les guerres de Justinien.  Elle a créé un contexte dans lequel les événements et la crise politiques mérovingiens entre 575 et 613 ont eu des effets même plus sérieux et, je voudrais suggérer, a donc changé l’Austrasie et le monde franc pour jamais.  La mutation de l’an 600 n’était pas le seul moment de transformation pendant le haut moyen-âge mais elle était néanmoins une des plus importants de l’histoire.  En ce qui concerne les mentalités elle a signalé la fin du monde romain.

No comments:

Post a Comment

Note: only a member of this blog may post a comment.